Sud Touraine secret : 3 villages à découvrir

A travers 3 villages, Beaulieu-lès-Loches, Le Louroux et le Grand-Pressigny, on vous emmène en balade dans une Touraine plus discrète qui regorge de demeures anciennes, de sites historiques moins connus mais dont le charme opère dès qu’on les aperçoit !

Beaulieu-Lès-Loches, ancienne cité monastique

Beaulieu-Lès-Loches, à deux pas de la Cité Royale de Loches est une véritable invitation à la flânerie. Le circuit découverte « les chemins du faucon noir » ne fait que confirmer ce que l’on pressent en arrivant : Beaulieu est une ville au riche passé historique où de multiples témoignages restent gravés dans la pierre. L’atmosphère y est paisible et les possibilités de balades multiples.

 

 

C’est d’abord l’ancienne abbaye bénédictine, en partie détruite, qui attire l’attention avec à son clocher du 12ème siècle haut d’une soixantaine de mètres. Tout juste restauré, il illumine le ciel azur par sa blancheur éclatante. A son pied, on se sent vraiment minuscule ! En parcourant les ruelles, on a l’impression de déambuler dans un labyrinthe et les coins charmants ne manquent pas. Il faut ouvrir l’œil et surtout prendre le temps pour les observer: maisons anciennes en tuffeau ou à pans de bois, tourelles, sculptures, voûtes, fenêtres à meneaux… Après en avoir fait le tour, on imagine mieux l’ampleur et la prospérité de l’abbaye et de ses jardins.

Ce n’est cependant pas l’unique atout de Beaulieu qui regorge aussi de coins bucoliques. Les prairies du Roy permettent de rejoindre Loches à pied dans un espace naturel sensible, et le canal offre une promenade particulièrement apaisante. Rien de tel pour se détendre ! Pour pique-niquer ou se reposer à l’ombre, direction les « Petits Jardins de Beaulieu » sur le site des Viantaises.  Il y pousse à la fois des légumes, des fleurs et plein d’idées originales. Une grande table sous des arbres emmaillotés de carrés de laines colorées attend les paniers remplis de victuailles pour un moment convivial !

 

 

Le Louroux, pépite discrète

Le Louroux mêle avec harmonie l’impressionnant site du prieuré où dominent la pierre et l’ardoise, et un étang dont l’environnement naturel est idéal pour observer les oiseaux, randonner ou pêcher. De quoi ravir toute la famille !

 

 

Pour faire une photo de ce magnifique ensemble préservé, je vous conseille d’arriver par la route de Saint-Branchs. Au premier plan, une vaste prairie verdoyante et son imposant pigeonnier. Juste derrière, la ferme prieurale déploie ses nombreux bâtiments. Grange dîmière et logis du prieur, édifiés au 15ème et 16 ème siècle ont belle allure tout comme l’église Saint-Sulpice et son clocher carré du 12ème siècle. En route pour la balade en suivant le circuit jalonné de panneaux qui  démarre au prieuré. On se dirige vers le vaste étang où un cygne et ses petits semblent glisser sur l’eau. On revient dans le cœur du village sur un sentier engazonné à côté duquel coule un ruisseau qui file sous un charmant pont de pierre à l’architecture gothique. Avis aux amateurs de peinture, l’endroit est parfait pour y poser son chevalet.

Dans la rue du Moulin bordée de maisons anciennes, pause obligée devant le moulin banal pour lire le panneau et rejoindre ensuite le prieuré.  En le contournant, on a une vue intéressante sur son élégante façade orientale tout ensoleillée le matin.  L’intérieur ne se visite pas mais en entrant dans la cour on découvre une jolie tour polygonale qui renferme un escalier à vis. Il flotte une atmosphère de sérénité sur ce village discret du Sud Touraine qui allie à la fois nature et patrimoine.

 

 

Le Grand Pressigny

Dans la Vallée de la Claise, le bourg paisible du Grand-Pressigny s’étire en contrebas du château  qui abrite le Musée de la Préhistoire. Après la visite du musée, on continue à musarder pour explorer les environs. Pour avoir une vue d’ensemble, rendez-vous dans la cour du musée pour un panorama unique sur la campagne .

 

 

Faire le tour de l’enceinte du 13ème siècle donne une idée des bâtiments et les deux côtés sont très différents. Le chemin qui mène aux douves est verdoyant alors que le côté qui surplombe la vallée est plus défensif et minéral. On s’en aperçoit au pied des remparts de la rue du même nom où des meurtrières sont percées dans les tours et les murs. Plus loin, un escalier en pierre permet d’accéder au four banal dans lequel on cuisait le pain.

Les rues qui descendent dans le village ont conservé leur charme d’autrefois. Quelques portes anciennes sont ornées de heurtoirs originaux comme ce lion qui se détache parfaitement sur la porte peinte en rouge. On arrive sur la Place Savoie-Villars où ses terrasses de café offrent une pause bienfaisante pour siroter un verre tout en observant l’église Saint-Gervais – Saint-Protais qui a la particularité de posséder une nef en deux vaisseaux. Un peu plus loin dans la grande rue, des blocs de silex ont été incorporés dans certaines façades pour empêcher la foudre de tomber sur la maison selon des croyances populaires. Le cadran solaire de la place des halles qui date de 1613 a été sculpté dans un seul bloc et fonctionne toujours aujourd'hui! Il règne une atmosphère tranquille dans ce village, idéale pour se ressourcer!

 

Commentaires
Laisser un commentaire